Trois réflexions – rapides – au lendemain du 1er tour

Trois réflexions – rapides – au lendemain du 1er tour

Le premier tour des élections législatives, marqué par un taux d’abstention record, sonne le glas  du socialisme municipal et  traduit l’émergence des votes hors système.

 

Que retenir de ce premier tour des législatives, véritable « chamboule-tout » qui redessine en profondeur la carte politique française ? Une déception, tout d’abord, face à l’ampleur inégalée de l’abstention au soir du premier tour de ces élections. Un électeur sur deux a boudé les urnes dimanche, et c’est évidemment un constat d’échec pour la démocratie. Cette désaffection s’explique par plusieurs facteurs connus : la lassitude issue d’une série de scrutins à répétition depuis les primaires et la présidentielle ; la conviction, pour beaucoup, que les jeux étaient déjà faits ; le rejet, aussi, des pratiques politiques traditionnelles.

Toutes ces mauvaises raisons fragilisent de facto la majorité issue des urnes, et prouvent, une nouvelle fois, qu’on peut être à la fois bien et mal élu en France, en ne réunissant sur son nom qu’une minorité du corps électoral.

 

Bérézina socialiste

Deuxième enseignement de ce scrutin atypique : l’éparpillement façon puzzle des partis traditionnels. Le cas du Parti Socialiste, qui voit la plupart de ses candidats emblématiques empêchés d’accéder au second tour, est particulièrement révélateur. Le parti de la rue de Solférino n’a plus d’autre choix que de se refonder, mais avec quelles troupes ? En Ille-et-Vilaine, la défaite cinglante des principaux candidats PS, tous engagés de longue date dans la vie politique locale, ne fait que refléter la tendance observée au niveau national. Marie-Anne Chapdelaine, députée sortante, est battue au soir du premier tour, tout comme Emmanuel Couet, président de Rennes Métropole candidat pour la première fois dans une circonscription réputée imperdable, ou Gaëlle Andro, adjointe à la maire de Rennes, Nathalie Appéré, députée sortante qui ne se représentait pas et dont elle briguait la succession.

Seul le sortant François André, qui avait très tôt assumé son soutien au candidat Macron, accède au second tour dans la 3e circonscription, avec près de 47 % des suffrages. Il s’était présenté sous les couleurs du PS, mais sans candidat LREM face à lui et affrontera une candidate LR, Mélina Parmentier (15 % des voix).

Cette bérézina dans l’un des bastions du socialisme municipal va laisser des traces, à trois ans des prochaines élections municipales. Et à court terme, la défaite d’Emmanuel Couet sonne le glas des ambitions de Nathalie Appéré, la maire de Rennes qui envisageait de prendre la présidence de Rennes Métropole à la faveur de l’élection de son président actuel au Palais-Bourbon. De quoi augurer un sérieux tangage dans les rangs du PS rennais.

 

Tsunami politique

Enfin, troisième leçon du scrutin : la vague des candidats de la majorité présidentielle s’apparente donc plutôt à un tsunami politique, à l’image du score de Laurence Maillart-Méhaignerie, novice en politique qui réalise dans la 2e circonscription d’Ille-et-Vilaine, traditionnellement acquise au PS – ce fut celle d’Edmond Hervé – le meilleur score de son parti (46 %). Elle se retrouve en ballottage très favorable face à Bertrand Plouvier, candidat LR et chef de file de l’opposition municipale à Rennes. Les électeurs qui se sont exprimés ont donc souhaité amplifier le vote de la présidentielle et accorder au Président Macron la majorité – et même davantage !- nécessaire à la mise en œuvre des réformes annoncées.

Toujours dans la capitale bretonne, qui avait réservé un score important à Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle (25 % au 1er tour), les candidats de La France insoumise ont réalisé de bons résultats. Notamment dans la 8e circonscription, où Enora Lepape (14 %) accède au second tour face au candidat LREM Florian Bachelier (près de 41 %), éliminant ainsi le candidat socialiste Emmanuel Couet (13 %). Cette montée des candidats hors-système symbolise aussi cette élection hors-norme, à Rennes comme ailleurs.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *